Article

Quelques initiatives des membres du C3D pour lutter contre la pollution plastique

Rédigé par contact@cddd.fr, le 9 décembre 2019

La pollution plastique est un phénomène qu’on ne peut plus nier : chaque année, environ 300 millions de tonnes de produits plastiques se transforment en déchets d’après le PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement). Ces déchets, qu’ils finissent dans les fleuves, les océans ou la terre, persistent durant de nombreuses années dans l’environnement, causant de nombreux dégâts à la faune, la flore et l’Homme. Retour sur quelques engagements forts des membres du C3D pour limiter la pollution plastique.

Les entreprises signataires du « Pacte national sur les emballages plastiques pour 2025 »

Plusieurs entreprises membres du C3D (Casino, Carrefour et Danone notamment) ont signé le Pacte national sur les emballages plastiques au Ministère de la transition écologique et solidaire le 21 février 2019. Son objectif ? Engager les signataires dans une démarche de réduction des emballages plastiques et promouvoir le recyclage. Sous le contrôle des pouvoirs publics, du WWF et de la Fondation Tara Expéditions, les partenaires s’engagent à atteindre collectivement 60 % d’emballages effectivement recyclés d’ici 2022 et 100 % d’emballages recyclables ou compostables d’ici 2025.

Pour atteindre ces objectifs, les entreprises signataires ont d’ores-et-déjà mis en place des actions concrètes. Carrefour a ainsi supprimé de ses rayons les pailles en plastique en 2018, remplacé en 2019 les barquettes en polystyrène du rayon fromagerie (permettant d’économiser 111 tonnes de plastiques sur l’année) et supprimé les emballages plastiques des concombres et des bananes bio et équitables. Avec près de 16 000 tonnes de bananes vendues par an, cette initiative permet d’éviter l’utilisation de 23 tonnes de plastique ! L’enseigne développe de plus son offre de vrac, l’utilisation de sacs en coton bio réutilisables pour le transport des fruits et légumes et encourage ses clients à apporter leurs propres contenants aux stands de poissonnerie, boucherie, fromagerie, traiteur et pâtisserie.

Chez Casino, tous les couverts et accessoires plastiques à usage unique en vente dans les magasins seront supprimés à compter du 1er janvier 2020, tandis que les couverts et accessoires plastiques à usage unique contenus dans les salades et briquettes de jus de fruits seront retirés durant l’année. D’ici janvier 2022, l’entreprise compte aussi remplacer les emballages en PVC (non recyclables) par des équivalents recyclables, en priorité aux rayons boucherie, poissonnerie, fromage et charcuterie. La part de matière recyclée dans les bouteilles de boissons sera pour sa part augmentée de 25 % d’ici au 1er janvier 2023. Enfin, Casino s’est donné pour objectif dès à présent de développer son offre de vrac et de fournir des consignes de tri claires pour l’ensemble de ses emballages.

Suez, membre fondateur de l’Alliance to end plastic waste

L’Alliance to end plastic waste est une alliance internationale regroupant plusieurs multinationales toutes filières confondues, dont Suez, pour éradiquer la pollution plastique dans l’environnement et surtout les océans. Une trentaine d’entreprises se sont engagées à financer cette mission à hauteur d’un milliard de dollars. Le but de cette alliance est de promouvoir, développer et mettre en œuvre des solutions destinées à la réduction et gestion des déchets plastiques.

Sur la base de plusieurs études, le projet s’est doté d’une vision globale et d’une stratégie intégrée divisée en quatre axes :

  • développer des infrastructures de gestion des déchets dans les pays en développement ;
  • encourager l’innovation et la progression des technologies permettant le recyclage des déchets ;
  • éduquer et mobiliser les gouvernements et communautés ;
  • nettoyer les zones déjà très polluées par les déchets plastiques en particulier les fleuves et rivières.

Conformément à cette stratégie, le premier volet de projets et de collaborations de cette alliance porte sur la réduction de la pollution plastique. Pour cela, l’alliance est chargée de développer des partenariats avec les villes dépourvues d’infrastructures de qualité permettant de gérer les déchets, mais aussi de soutenir Renew Oceans, un programme de capture des déchets plastiques dans les fleuves et rivières charriant le plus de plastiques, comme le Ganje.

La « Nouvelle Économie des Plastiques » de la Fondation Ellen MacArthur

La Fondation Ellen MacArthur est une association caritative britannique créée en 2009 pour promouvoir l’économie circulaire. A l’occasion des Forums économiques mondiaux de Davos, en 2016 et 2017, la Fondation a proposé une série de mesures concrètes pour lutter contre la pollution plastique. En parallèle, elle a initié un programme dénommé Nouvelle Economie des Plastiques pour favoriser la mise en place d’un système au sein duquel les plastiques ne deviendront plus des déchets.

Impliquant des responsables politiques, des institutions internationales et des entreprises du secteur privé comme Danone, Carrefour et Pernod Ricard, l’initiative dévoilée à l’occasion de la Conférence Mondiale sur l’Océan à Bali a été signée par plus de 250 signataires.

En rejoignant le programme, les partenaires privés s’engagent à :

  • Evaluer et éliminer les emballages plastiques inutiles ;
  • Favoriser le 100 % recyclable, réutilisable ou biodégradable ;
  • Intégrer le plastique recyclé dans les emballages ;
  • Favoriser l’éco-conception dans le développement de nouveaux produits.

Signataire depuis 2018, le Groupe Pernod Ricard a déjà commencé à se mobiliser contre le plastique, en interdisant par exemple les pailles et mitigeurs en plastiques non-biodégradables lors de ses évènements.

De son côté, le groupe Danone s’est engagé à ce que tous ses emballages soient conçus pour être 100 % recyclables, réutilisables ou compostables d’ici 2025 et à augmenter la collecte de ses bouteilles pour atteindre un taux minimum de 90 % à l’horizon 2025. L’entreprise cherche aussi à augmenter l’utilisation de matériaux recyclés dans ses produits, notamment pour sa marque Evian, dont les emballages devront contenir 100 % de matériaux recyclés en 2025. Enfin, Danone cherche à former de nouvelles alliances pour mettre en place des solutions innovantes afin de lutter contre les déchets plastiques et la pollution.

Ces engagements collectifs sont la preuve que la lutte contre les déchets plastiques est belle et bien engagée, notamment auprès des entreprises qui, du fait de leurs tailles et activités, génèrent de grandes quantités de déchets plastiques. Mais ces initiatives ne sont toutefois que des exemples : d’autres entreprises ont également mis en place des démarches de lutte contre le plastique comme Albéa, entreprise d’emballages cosmétiques qui a développé le tout premier tube de cosmétique à base de papiers.