Article

Responsabilité sociale, transformation numérique, innovations : les Directeurs DD en action face aux transitions

Rédigé par contact@cddd.fr, le 18 juillet 2016

A l’occasion de son Campus annuel qui a réuni 130 membres et parties prenantes le 6 juillet dernier, le C3D a dévoilé les résultats de son 10ème baromètre annuel de l’opinion des directeurs du développement durable, qui montre la progression de l’intégration du développement durable au sein des stratégies des organisations.

Consacrée au thème « Le développement durable et l’entreprise, à la convergence des transitions », cette édition 2016 du Campus a présenté les différentes transitions en cours dans l’entreprise : les innovations de rupture, l’intrapreneuriat, les évolutions de la fonction DD et enfin la transformation numérique.

Une montée en puissance de la RSE au sein des stratégies d’entreprise

Si la fonction DD se pérennise dans l’entreprise, elle s’ancre de plus en plus aux côtés du top management et irrigue la stratégie de l’entreprise. 41 % des Directeurs du développement durable sondés sont désormais rattachés à la Présidence, la Vice-Présidence ou la Direction générale (+ 3 points), et 7 % à la Direction de la stratégie (+ 2 points).

Les liens entre Développement Durable, stratégie et compétitivité de l’entreprise s’accroissent. Pour 70 % des professionnels interrogés, la perception du lien entre Développement Durable et création de valeurs a progressé au sein de leur organisation (+ 2 points). Cette création de valeurs s’exprime notamment par une prévision/diminution des risques, environnementaux, sociaux et sociétaux, pour 70 % d’entre eux (+ 14 points) et d’une différenciation sur le marché, pour 66 % (+ 18 points).

Les directeurs DD face à l’après COP 21

Si la COP 21 est l’événement qui a le plus marqué les professionnels sondés, 82 % estiment que la mobilisation pour la COP 22 est aujourd’hui insuffisante, alors que les entreprises seront bientôt jugées à l’aune de leurs engagements pris en 2015 en matière de lutte contre les changements climatiques. Seul un Directeur DD sur 2 estime que son organisation est engagée vers une trajectoire 2°C (post COP 21), via une feuille de route pour diminuer les émissions de CO2 (43 %), un projet de maîtrise des consommations énergétiques (40 %) ou le recours à des énergies renouvelables (26 %).

Pour conforter leur action, les sondés plébiscitent des indicateurs pour apprécier le retour sur investissement des politiques DD (38 %) et une meilleure compréhension du potentiel business du DD/RSE au travers de l’évolution des modèles économiques (31 %).

Les différentes transitions décryptées lors du Campus 2016

Qu’elle soit organisationnelle, territoriale ou technologique, l’innovation est un levier majeur pour accélérer les transitions au sein de l’organisation, et bâtir de nouveaux modèles économiques.

Plusieurs porteurs de projets sont venus présenter leurs initiatives et des résultats chiffrés face aux participants de ce Campus : le fablab Ici Montreuil et ses ateliers partagés qui réunissent 165 résidents, SNCF Développement qui recrée de l’activité au sein des territoires en restructuration ou encore les dynamiques d’intrapreneuriat chez BNP Paribas et au sein du Groupe Bouygues.

Le métier de Directeur DD évolue lui aussi, au fil de l’intégration du développement durable dans la stratégie de l’organisation. C’est l’un des enseignements de l’étude sur l’organisation des Directions DD menée par le C3D en partenariat avec la Poste. La fonction DD gagne en professionnalisation, en compétences et en visibilité au sein des organisations. Les 5 principaux domaines d’action des directions DD/RSE sont :

  • réchauffement climatique ;
  • déchets et protection des éco-systèmes ;
  • développement de l’économie collaborative ;
  • mécénat ;
  • offre responsable.

La transformation numérique au service d’une entreprise contributive

Enfin, la transformation numérique et ses impacts multi-sectoriels ont constitué la dernière thématique débattue lors de ce Campus. Si l’uberisation constitue une menace pour certains secteurs d’activité, le développement de nouvelles technologies (big data, objets connectés…) permet d’optimiser de nombreux services et produits, tandis que les déclinaisons de l’open-government favorisent de nouvelles relations entre administrés et puissance publique. D’autres initiatives comme le Sulitest (Sustainable literacy test), sorte de Toefl du DD en ligne, contribuent également à l’amélioration du contrôle des connaissances en matière de Développement Durable afin de mieux cibler les programmes de formation.

Les résultats du 10ème baromètre du C3D montre d’ailleurs que la transition numérique est perçue par 75 % des sondés comme ayant un impact important sur leur manière de travailler. 35 % des professionnels sondés trouvent également que les réseaux sociaux les aident dans la promotion de leurs démarches responsables.

En conclusion, Fabrice BONNIFET, Président du C3D et Directeur développement durable du groupe Bouygues, souligne le chemin parcouru par les Directeurs DD depuis la première édition du Campus en 2006 : « Le débat sur la RSE s’est déplacé du ‘pourquoi’ au ‘comment’ et les entreprises sont passées de l’obligation de rendre compte, à l’accompagnement de la transition dans le but de devenir des organisations plus contributives ».