Article

Comment les entreprises françaises s’approprient-elles les Objectifs de Développement Durable (ODD) ?

Rédigé par La rédaction du C3D, le 19 octobre 2020

98 % des entreprises françaises connaissent les Objectifs de Développement Durable, selon le Baromètre “ODD et entreprises françaises” 2020 par le Global Compact France et PwC France.  Ce dernier dresse un état des lieux de l’appropriation des ODD par les entreprises françaises à partir d’une enquête à laquelle 253 d’entre elles ont répondu. Adoptés dans l’Agenda 2030 par l’ONU, les objectifs de Développement Durable ont récemment fêté leurs 5 ans. Ils ont pour vocation de donner la marche à suivre afin d’assurer un avenir durable pour tous. Les entreprises doivent plus que jamais se saisir de ces objectifs en tant qu’acteurs influents de la sphère économique dans l’après crise. Zoom sur l’appropriation des ODD par les entreprises et sur l’urgence d’accélérer cette appropriation.

État des lieux des ODD : des entreprises de plus en plus engagées

Bien identifiés par les entreprises, les ODD sont malheureusement peu connus des citoyens car un français sur deux déclare n’en avoir jamais entendu parler. Ceux qui en ont connaissance sont 88 % à estimer que “les entreprises ont un rôle à jouer dans l’atteinte des ODD”, d’après le Baromètre. 

De plus en plus d’entreprises déclarent connaître les ODD, 60 % d’entres elles sont des PME. Il s’agit d’un “facteur de différenciation” pour ces petites et moyennes entreprises qui estiment pouvoir se démarquer de leurs concurrents grâce aux engagements basés sur les Objectifs de Développement Durable. La prise en compte des ODD constitue également un facteur décisif pour les parties prenantes puisque 83 % des entreprises semblent être interrogées sur leurs actions en faveur de ces objectifs par ces dernières.

Enfin, ⅓ des entreprises ont déclaré avoir pris en compte les ODD dans leur stratégie. Or, seulement 35 % d’entre elles annoncent avoir identifié l’impact négatif de leur activité, un point pourtant indispensable à l’élaboration d’une démarche efficace. Il s’agit cependant d’un pourcentage en hausse par rapport au Baromètre 2019 ce qui reflète une volonté de progresser de la part de ces entreprises. 

Les entreprises répondantes sont 93 % à estimer que les ODD donnent de la pertinence à leur démarche RSE. Dans les faits, 37 % disent avoir réellement modifier leur stratégie en fonction des ODD, un chiffre à souligner car en hausse par rapport au précédent baromètre. 

Les ODD mis en avant sont généralement choisis par les entreprises en fonction de leurs activités. Elles regardent en premier lieux quels sont les ODD pouvant se rapprocher au mieux d’actions déjà mises en place, c’est le cas du bien être au travail et de l’égalité entre les sexes le plus souvent. Les cinq ODD prioritaires, d’après les entreprises interrogées, sont la consommation et la production responsable, le travail décent et la croissance économique, les mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques, l’égalité entre les sexes ainsi que bonne santé et bien-être. Cela signifie qu’elles auront tendance à mettre plus d’actions en place dans le cadre de ces objectifs. À l’inverse, les ODD les moins cités sont la “faim zéro”, pas de pauvreté, l’eau propre et assainissement ainsi que la vie aquatique et la paix. 

La crise sanitaire : une opportunité à saisir pour transformer notre modèle

Les entreprises s’engagent de plus en plus en faveur des ODD. En dehors des bénéfices évidents de l’atteinte de ces objectifs, on considère qu’ils apporteraient également des avantages économiques avec $12 000 milliards d’opportunités économiques par an d’ici 2030, en plus d’une hausse de 11 % à 26 % du PIB mondial rien qu’en atteignant l’ODD 5. Cela permettrait aussi de créer 380 millions d’emplois au total d’ici 2030. Ces opportunités doivent être saisies dans un monde fragilisé par le virus du COVID19. On estime en effet à 25 millions le nombre d’emplois détruits par cette crise avec jusqu’à $3400 milliards de pertes de revenus liés à ces emplois. 

Il existe un lien entre ODD et crise du COVID19. Les impacts d’activités de production et d’activités humaines notamment la destruction de la biodiversité, augmentent le risque de pandémie. D’après André Renaudin, Président du Global Compact France, “c’est à cause du réchauffement climatique, de la perte de la biodiversité, de la déforestation et la destruction de l’habitat du monde sauvage que le risque infectieux augmente et donc la propagation des virus”. Le virus est donc à l’origine de crises sanitaire, économique et sociale ce qui démontre la corrélation entre protection de l’environnement et santé de la population. Le respect et l’atteinte des ODD, basés sur un modèle de croissance différent, permettront aux entreprises de gagner en résilience.

Selon le Baromètre « ODD et entreprises françaises », les entreprises sont globalement en demande d’outils leur permettant de mettre en place les ODD et de les évaluer. Elles attendent également un plus grand engagement de la part des pouvoirs publics et de leurs propres parties prenantes. Plus de ⅔ des organisations interrogées souhaitent être accompagnées dans l’élaboration et l’évaluation de stratégies basées sur les ODD. Ces objectifs constituent un moyen de transformer notre modèle traditionnel, en partant de l’opportunité offerte par la crise sanitaire notamment.