Deux ans après l’Accord de Paris, comment votre stratégie climat a-t-elle évolué pour tenir la trajectoire des 2° ?

Conscient de l’impact de ses activités sur l’environnement, le Groupe La Poste entend prendre toute sa responsabilité et apporter une contribution positive à l’Accord de Paris. Dans ce cadre, le Groupe s’est fixé un objectif ambitieux : réduire de 15 % ses émissions de CO2 sur la période 2013-2020.

Pour ce faire, trois sous-objectifs à horizon 2020 ont été définis, contribuant pour chacun à réduire les émissions du Groupe :

  • Détenir l’une des premières flottes mondiales de véhicules électriques, dont 10 000 véhicules utilitaires légers ;
  • Desservir les 15 principales métropoles françaises par des dispositifs à faibles émissions ;
  • Approvisionner l’ensemble des bâtiments gérés par Poste Immo en électricité d’origine renouvelable.

Pour atteindre ces objectifs, le Groupe s’appuie sur les plans d’actions de ses branches et filiales, et sur deux « projets prioritaires communs » (transition énergétique et logistique urbaine).

Deux ans après la prise de ses engagements, un premier bilan positif de la démarche du Groupe peut être établi :

  • La flotte de véhicules électriques du Groupe est la plus importante au monde, avec 36 456 véhicules à fin 2016, dont 6 842 véhicules utilitaires légers ;
  • 7 métropoles sont livrées par des dispositifs à faibles émissions ;
  • 100 % de l’électricité consommée par les bâtiments du parc gérés par Poste Immo est d’origine renouvelable depuis le 1er mai 2016.

Ces premiers résultats répondent directement à l’engagement d’exemplarité sociétale que s’est donné le Groupe La Poste et s’inscrit pleinement dans le cadre de l’ambition de l’Accord de Paris. Ils ont permis au Groupe de dépasser son objectif, avec une réduction de ses émissions de CO2 de 16 % à fin 2016. Fort de ce constat, La Poste a été décidé d’actualiser son objectif et vise dorénavant une réduction de 20 %. En parallèle, le Groupe a adhéré à la démarche portée par la « Science Based Targets Initiative » visant à établir sur une base scientifique une trajectoire de réduction pour ses émissions.

Exemple d’actions concrètes d’atténuation ou d’adaptation chez La Poste

En 2015, dans le cadre de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques et en application de son objectif de réduction de ses émissions de CO2, le Groupe la Poste s’est engagé à s’approvisionner en électricité 100 % d’origine renouvelable à l’horizon 2020 sur le périmètre des bâtiments gérés par sa foncière, Poste Immo.

Après une première bascule au 1er octobre 2015 portant sur les 2/3 de la consommation de ses bâtiments, l’ensemble de la consommation d’électricité est d’origine renouvelable depuis le 1er mai 2016. Ainsi, sur l’ensemble de l’année 2016, la consommation d’électricité renouvelable a représenté 76 % de la consommation totale d’électricité sur ce périmètre. Sur la base des facteurs d’émissions communiqués par les fournisseurs, le recours à l’électricité d’origine renouvelable a permis d’éviter d’émettre plus de 27 000 tonnes de CO2. Au-delà de ce périmètre, certaines filiales du Groupe ont également fait le choix de s’approvisionner en électricité d’origine renouvelable, portant cette part à 63 % de l’ensemble de la consommation d’électricité du Groupe La Poste.

Cette bascule en faveur d’une électricité d’origine renouvelable contribue également à l’engagement pris en faveur d’une logistique urbaine moins impactante pour l’environnement. En effet, le Groupe détient la première flotte mondiale de véhicules électriques, laquelle se voit alimentée par une électricité moins polluante. Ainsi, outre les bénéfices générés en termes de nuisances sonores et d’émissions de polluants atmosphériques locaux, les véhicules électriques du Groupe n’émettent que très peu de CO2 à l’usage.

La démarche du Groupe s’inscrit pleinement dans la double exigence d’un impact environnemental positif au niveau global et d’une réduction des pollutions au niveau local.