Deux ans après l’Accord de Paris, comment votre stratégie climat a-t-elle évolué pour tenir la trajectoire des 2° ?

Le réseau de distribution d’électricité est au coeur de la transition énergétique. Il a fortement évolué pour accueillir toujours plus d’énergies renouvelables et pour anticiper les nouveaux usages liés à la mobilité électrique. L’alliance du numérique et des réseaux ouvre des perspectives importantes dans le développement des Smart Grids et de l’Open data.

La puissance des ENR installée mi 2017 sur le réseau de distribution est de 12 GW d’éolien et de 7 GW de solaire. Pour respecter l’un des objectifs phare de la transition énergétique en France, il faut porter la part des énergies renouvelables à 23 % de notre consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % en 2030 ce qui représente a minima 22 GW d’éolien et 18 GW de solaire en 2023. Cette insertion massive des ENR n’est possible qu’au prix d’une transformation en profondeur de la gestion des réseaux électriques. C’est pourquoi les technologies smartgrids issues des 26 démonstrateurs en partenariats avec d’autres GRD, des universités et des start up françaises et européennes sont fondamentales pour exploiter les réseaux avec des flux de plus en plus aléatoires tout en respectant les contraintes de régulation de tension.

Un autre défi majeur est le développement des véhicules électriques pour accompagner la fin programmée des véhicules thermiques en 2040. L’objectif d’Enedis est de raccorder 7 millions de points de recharge pour véhicules électriques d’ici 2030 alors qu’il n’en existe que 122 000 à ce jour dont environ 20 000 sur le domaine public. Pour relever ce défi Enedis a développé un outil de simulation permettant d’optimiser les raccordements d’IRVE pour les gestionnaires et les collectivités locales. En complément, plusieurs expérimentation sont en cours pour tester des solutions intelligentes de pilotage des bornes de recharge afin de lisser les pics de consommation pour limiter l’impact sur les réseaux de distribution et la puissance souscrite par le client.

Enfin le troisième volet de notre stratégie d’atténuation est de faciliter l’émergence de solutions de maîtrise de la demande d’électricité et d’efficacité énergétique en déployant notre compteur intelligent Linky sur l’ensemble du territoire d’ici 2021. Au niveau individuel, LINKY permettra à chaque client de connaitre sa consommation en temps réel, de mieux connaitre ses usages et d’adapter son contrat au KW près ce qui pourrait amener une réduction de sa consommation pouvant aller jusqu’à 20 %. Au niveau d’un territoire, et grâce à l’Open Data, Enedis pourra mettre à disposition des bilans électriques à l’échelle d’un quartier et aider les collectivités à répondre à leurs besoins de planification énergétique durable ou à rénover leurs immeubles tertiaires et/ou d’habitation les moins bien isolés.

Sur le volet adaptation, les derniers rapports du GIEC montre que l’évolution des changements climatiques en cours nous expose à un risque d’accroissement des événements climatiques extrêmes comme en témoigne la dernière tempête Irma. De tels événements peuvent avoir un impact majeur sur le réseau de distribution électrique et engendrer d’importantes conséquences humaines et économiques. Enedis s’adapte à ces changements en mettant en place des dispositifs préventifs et curatifs tels que son plan “Aléas climatiques” ou la Force d’Intervention Rapide Électricité (FIRE). Dans le cadre de son plan aléa climatique, Enedis enfouit notamment plus de 98 % des nouvelles lignes moyenne tension, remplace les câbles les plus anciens en centre ville et installe des matériels étanches en zone inondable. L’objectif est d’assurer la réalimentation électrique d’au moins 90 % des utilisateurs dans un délai de 5 jours et de garantir la réalimentation de points de vie sécurisés accessibles à la population dans les 12 heures.

Exemple d’actions concrètes d’atténuation ou d’adaptation chez ENEDIS

Les émissions directes de carbone d’Enedis sont, pour l’essentiel, les rejets de CO2 résultants de nos 10 millions de déplacements chez les clients ou sur le réseau. Nous avons donc engagé la conversion progressive de notre flotte automobile à l’électricité afin de réduire de 30 % nos émissions de CO2 en 2030 (vs2005). L’objectif est de passer le cap des 2 000 véhicules électriques en 2018 sur un total de 17 000 véhicules utilitaires, hors engins. Cette opération s’accompagne également d’une expérimentation non moins importante sur la recharge intelligente de notre propre flotte. En effet la projection d’évolution des véhicules électriques pourrait atteindre 5 millions en France en 2030 et un besoin de puissance électrique compris entre 1,5 et 6 GW selon que la recharge est, ou non, pilotée. C’est donc un enjeu majeur pour le distributeur, pour les gestionnaires d’IRVE mais également pour le mix de production. Sur un de nos sites expérimentateurs par exemple, la facture de recharge est passée de 14,5 à 9K€ en divisant la pointe de consommation par 2.