Deux ans après l’Accord de Paris, comment votre stratégie climat a-t-elle évolué pour tenir la trajectoire des 2° ?

Altarea Cogedim est engagé depuis 2010 dans la réduction de son empreinte carbone, et la COP21 a été l’occasion d’approfondir cette démarche et d’impliquer les dirigeants. Déjà avant la COP21, le Groupe travaillait sur deux axes : des engagements de réduction sur les scopes 1 et 2, et la mesure de son empreinte carbone élargie, avec une volonté de mieux comprendre l’impact carbone des différentes typologies de bâtiments, grâce à des bilans carbone menés depuis près de 10 ans sur tous les types d’opérations (logement, bureau et commerce).

La COP21 a agi comme déclencheur pour mener une démarche plus ambitieuse et plus intégrée. Altarea Cogedim a mené un travail structurant co-construit en interne et pris de nouveaux engagements :

  • Sur son périmètre de responsabilité directe (les immeubles en exploitation) : réduire de 70 % les émissions des scopes 1 et 2 d’ici 2020.
  • Sur le scope 3, le périmètre de « responsabilité partagée » : mener des actions de réduction sur l’ensemble des postes majeurs et travailler sur les émissions évitées avec les parties prenantes afin de systématiser l’approche bas carbone dans la construction de la ville.

Par ailleurs, le Groupe est dans une démarche d’amélioration continue : il s’est engagé dans la réflexion sur les science-based targets afin d’atteindre l’objectif de limitation du réchauffement climatique à 2 degrés, il contribue à la réflexion sur l’établissement de la méthodologie, et réfléchit également actuellement à la question de la mise en œuvre de la neutralité carbone dans le secteur immobilier/bâtiment.

Grâce à sa réflexion sur ses impacts indirects (scope 3), Altarea Cogedim s’efforce de proposer des réponses proportionnées à la contribution de chaque poste, et adaptées à chaque métier. A titre d’exemple, les déplacements des occupants étant le poste majeur d’émissions de CO2 au global (près de 60 % de l’empreinte Groupe), Altarea Cogedim s’engage à sélectionner des fonciers à moins de 500 mètres des transports en commun pour ses logements, et intègre à sa stratégie la conception de quartiers mixtes, denses, favorisant les mobilités douces.

La démarche de responsabilité partagée avec les parties prenantes vise à garantir la pertinence de la démarche, et à inciter à trouver des solutions impliquant les parties prenantes. Par exemple, pour inciter les occupants à réduire leurs émissions, le Groupe explore des solutions innovantes comme le nudge, testé sur un bâtiment parisien et visant à favoriser les comportements vertueux en matière de consommation énergétique.

Exemple d’actions concrètes d’atténuation ou d’adaptation chez Altarea Cogedim

Altarea Cogedim met en œuvre concrètement sa stratégie de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur toutes ses activités, notamment pour le développement d’immeubles de bureau. L’approche se veut globale, sur l’ensemble des émissions du cycle de vie.

En phase de conception

Les émissions des déplacements utilisateurs des immeubles vendus par Altarea Cogedim représentent le premier poste d’émissions, donc le Groupe s’engage pour des actifs connectés aux transports : sur l’ensemble du territoire français, 92 % des projets se trouvent à moins de 500 mètres des transports en commun.

La construction

Pour le 2ème poste d’émissions du Groupe, Altarea Cogedim s’engage dans une démarche d’économie circulaire et privilégie les réhabilitations, qui représentent 60 % des projets en Ile de France. La réutilisation de la structure du bâtiment permet des réductions importantes sur le poste matériaux. Par exemple, sur l’opération “Richelieu”, dans le 2ème arrondissement de Paris, Altarea Cogedim réinvente, avec l’architecte Jean-Michel Wilmotte, un bâtiment des années 1970 en l’amenant vers plus de confort et d’efficience énergétique. De plus, le Groupe utilise, lorsque cela est possible, des procédés constructifs peu émetteurs, telles des structures bois, comme dans son immeuble Nudge dans le 13ème arrondissement de Paris.

En exploitation

Enfin, le Groupe travaille sur les impacts évités pour ses acquéreurs et occupants : pour minimiser l’empreinte carbone des bâtiments lorsqu’ils seront cédés et exploités, le Groupe s’engage à systématiquement surperformer la réglementation thermique en vigueur. C’est le cas de 95 % de ses nouveaux développements tertiaires en 2016. Par exemple, l’immeuble « Kosmo », livré fin 2018 à Neuilly sur Seine, sera labellisé BBC-Effinergie® Rénovation, ce qui permettra à ses occupants de limiter leurs émissions lors de l’utilisation du bâtiment. Des terrasses végétales contribueront également à l’isolation et la limitation des ilots de chaleur. Cette surperformance thermique permet d’éviter environ 240 kg de CO2 par m² et par an sur la phase d’exploitation des bureaux et hôtels conçus pour le Groupe pour ses clients.

Le projet Kosmo, à Neuilly sur Seine, labellisé BBC-Effinergie® Rénovation