Deux ans après l’Accord de Paris, comment votre stratégie climat a-t-elle évolué pour tenir la trajectoire des 2° ?

Nous sommes plus que jamais convaincus que pour atteindre l’objectif de limitation du réchauffement climatique à + 2 °C, une contribution significative du secteur transport est indispensable. Alstom souhaite participer, en tant qu’entreprise, au plan d’action international et continue de suivre avec attention le processus de négociation de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (UNFCCC) par le biais d’organisations membres telles que le Sustainable Low Carbon Transport Partnership (SLoCaT).

Depuis la signature de l’accord de Paris, Alstom a élargi progressivement son offre de mobilité durable avec l’objectif constant de proposer des solutions intégrées, accessibles, propres, sûres et connectées. A travers ses projets de recherche et de développement, ses partenariats techniques et commerciaux, ses acquisitions et investissements, Alstom souhaite se positionner comme le fournisseur mondial de solutions de mobilité durable électriques, connectées et partagées.

Alstom a également défini ses propres ambitions en matière d’efficacité énergétique de ses solutions et de ses opérations et s’engage à :

  • Réduire la consommation énergétique de ses solutions de transport de 20 % d’ici à 2020 (par rapport à 2014). Alstom définit des méthodes standardisées d’estimation de la consommation d’énergie de ses trains, favorise le déploiement des meilleures technologies disponibles et de l’innovation pour ses nouveaux trains et ses services d’efficacité énergétique et collabore avec ses clients ainsi que ses fournisseurs pour optimiser la consommation d’énergie de ses solutions. En Septembre 2017, 12 % de réduction ont ainsi été atteints.
  • Réduire l’intensité énergétique de ses opérations de 10 % d’ici à 2020 (par rapport à 2014). Alstom déploie des études énergétiques sur ses sites, met en œuvre des plans d’actions énergie et développe le recours à l’électricité d’origine renouvelable. En Septembre 2017, 9 % de réduction ont été réalisés.

Alstom a également évalué en 2016 pour la première fois les émissions de CO2 liées à sa chaîne logistique ce qui lui a permis de développer un premier plan d’action dans le domaine.

Enfin Alstom s’est engagée à définir en 2017/18 une méthodologie permettant de déterminer les émissions de CO2 liées à l’usage de son portefeuille de solutions, produits et services. Alstom collabore également à l’initiative RailAdapt de l’UIC, lancée en 2017, qui vise à développer un cadre commun pour garantir la résilience à long terme des systèmes ferroviaires.

Exemple d’actions concrètes d’atténuation ou d’adaptation chez Alstom

Alstom s’attache à développer une offre bas-carbone en offrant par exemple des solutions utilisant des énergies alternatives au diesel.

En novembre 2017, à l’occasion de la COP23 en Allemagne, Alstom a annoncé avec ses partenaires la signature du premier contrat de fourniture de 14 trains Coradia iLint fonctionnant à l’hydrogène, pour assurer le service de transport de voyageurs en Basse-Saxe. Le Coradia iLint est un nouveau train de voyageurs alimenté par des piles à combustible, destiné aux lignes régionales non électrifiées. Le train rejette uniquement de la vapeur et de l’eau condensée lorsqu’il est en fonctionnement, avec un faible niveau de bruit. De plus, il consomme moins d’énergie grâce à un système de stockage ainsi qu’à un système intelligent de gestion de l’énergie et de la puissance. Le Coradia iLint peut parcourir jusqu’à 1 000 kilomètres avec un plein et peut atteindre une vitesse maximale de 140 km/h.

© Alstom / Michael Wittwer