La soirée des voeux du C3D s’est tenue le 30 janvier 2014 à la Cour du Marais en présence de plus d’une centaine de personnes, membres du C3D, directeurs du développement durable, partenaires et institutionnels.

Vous pouvez retrouver des clips vidéos sur les meilleurs moments de la soirée

J42A0044- 5

 

 

 

 

 

Cette soirée a débuté par les interventions de la Présidente du C3D, Hélène Valade et de Christian de Perthuis, Directeur scientifique de la Chaire Économie du Climat et s’est terminée par un cocktail :

Quelques extraits de l’intervention d’Hélène VALADE

 

« 2013 a montré que les sujets liés au développement durable attiraient de plus en plus de monde, soulignant des attentes assez fortes. A l’évidence, les sujets de Développement Durable et de RSE sont désormais des sujets incontournables pour nos organisations : certaines entreprises se demandent comment passer à l’acte, tandis que d’autres cherchent à donner un coup d’accélérateur, et tout cela dans un contexte très morose qui ne favorise pas la prise de risque… »

« En 2014, il faut que le cadre global bouge plus vite. Je pense notamment au cadre politique et aux différentes expertises nécessaires. » « Il nous faut franchir une nouvelle étape pour concrétiser ce que Jacques Attali appelle « l’économie positive ».

« A l’initiative de quelques membres du C3D, nous allons brainstormer sur les priorités du C3D et sur notre capacité à les porter. Un sondage sera réalisé auprès des membres pour tester ces thématiques.»

« Le C3D a été un aiguillon il y a quelques années. Nous avons été visionnaires et sommes souvent agitateurs… nous devons devenir et apparaître encore davantage comme des pro de la transformation de l’entreprise. Sur certains sujets, nous devons nous renforcer. »

« A l’occasion de la COP 21, j’aimerais que nous puissions être une force de démonstration et mettre en avant les efforts que nous avons réalisés. »

 

Quelques extraits de l’intervention Christian de PERTHUIS

 

« Le vieux système économique, basé sur un prélèvement toujours croissant de ressources naturelles et générant de plus en plus d’inégalités sociales, nous a plongé dans la récession. Il faut cesser de raisonner dans ces vieux schémas. »

« Le DD est un formidable levier de sortie de crise. »

« Les économistes pensent le capital naturel comme un stock de ressources rares. Il faut passer à une autre représentation : un ensemble de systèmes naturels de régulation que l’on ne peut reproduire. »

« Les économistes du climat ont fait des progrès sur le coût de notre empreinte sur l’environnement. Il faut maintenant passer à une imputation de l’usage du capital naturel dans les coûts. »

« Si l’on agit sur le prix du capital vert… cela pourrait faire évoluer les lignes en matière de compétitivité. »

« Pour créer une nouvelle croissance, il faut lancer une reconversion économique. Car ce ne seront pas les mêmes emplois ni les mêmes ressources. Cela implique une grande élasticité. Or notre économie n’est pas très élastique et fluide. Il faut anticiper les reconversions, les formations nouvelles… mais on constate qu’à l’heure actuelle, cela bouge peu dans le secondaire ou à l’université. »

« Il faut aussi de l’innovation technique. L’histoire de la transition économique montre que les innovations de rupture ont couplé changement de modèle économique et innovation technique. Si l’on veut que cela change, il faut intégrer les coûts complets pour bousculer les habitudes. »