A l’occasion de sa soirée prospective ce 2 novembre 2016, le Collège des Directeurs du Développement durable (C3D) a réuni 4 think tanks (Institut Montaigne, Vista – think tank énergies, La Fabrique Ecologique, The Shift Project) afin de présenter leurs recommandations et leurs actions pour faire passer les messages dans le débat public et auprès des forces vives de la société, notamment en cette période de campagne électorale. Cette soirée animée par Fabrice Bonnifet, Président du C3D a ainsi permis de dégager des pistes de réflexion pour porter les enjeux de décarbonisation de l’économie et développement durable dans le débat public afin notamment de sensibiliser le pouvoir politique.

Des constats partagés…

Les intervenants – Sébastien Léger (Rapporteur en chef du groupe de travail sur l’économie circulaire de l’Institut Montaigne), Guillaume Bousson (Directeur d’Energies Vista), Géraud Guibert (Président de la Fabrique Ecologique) et Jean-Marc Jancovici (Président du Shift project) partagent un constat similaire qui ressort des travaux de leurs think tanks respectifs : pour que les messages et propositions en faveur d’un modèle économique et sociétal décarbonné trouve un écho favorable auprès de l’opinion public, il faut que le propos soit construit autour d’un discours lisible, réaliste avec des mesures concrètes, opérationnelles, par secteur répondant également à un impératif d’acceptabilité.

Pour témoigner de cette acceptabilité des propositions, il serait par exemple nécessaire de mettre en place un référentiel d’indicateurs fiable et faisant autorité, ce qui fait défaut pour le moment, et brouille la lisibilité d’une mesure pour le grand public.

Or outre la poursuite d’un déploiement massif d’une transition écologique et énergétique, il convient également que ce mouvement s’accompagne d’une prise de conscience et d’une mutation en profondeur de nos modèles sociétaux (modes de consommation, économie circulaire et modèles de développement économique etc).

c3d-soiree-prospective-novembre-2016

… des perspectives à réenchanter : les propositions du C3D

1 – Vulgariser la décarbonisation et mise en adéquation avec les préoccupations quotidiennes

Les propositions en faveur d’un monde durable et décarboné sont souvent trop techniques. De ce constat émerge la nécessité de « désingénieuriser » les propos, avec des discours, propositions et analyses souvent inaudibles pour le grand public, et qui peinent à emporter l’engouement collectif – tant au niveau des relais d’opinion que de la classe politique – et investir le champ du débat public.

Cela ne sera possible qu’avec un effort de pédagogie visant à mettre en lumière les bénéfices attendus, en termes de préoccupations quotidiennes, santé, alimentation, emploi… d’une telle évolution pour les citoyens.

2 – Favoriser la pertinence de ces items dans les sondages grand public

L’unité par la pédagogie semble le seul contrepouvoir, la seule alternative crédible afin de faire remonter l’urgence d’agir dans le débat public. En effet, les modalités de sondage de l’opinion sont construites de telle façon qu’il ne reflète pas fidèlement le niveau de préoccupation de la population pour un modèle de société plus soutenable, alors même qu’individuellement, les citoyens semblent prêts à consentir aux efforts nécessaires à une telle mutation que chacun sait sinon inéluctable, du moins indispensable.

Il convient sans doute alors de s’interroger sur la façon dont les relais d’opinion questionnent et analysent la société, car le développement durable et surtout ses corollaires (alimentation, santé, etc) sont à n’en pas douter des sujets que la classe politique ne pourra ignorer plus longtemps si le grand public s’en empare.

Sans faudrait-il interpeler collectivement les instituts de sondage afin qu’ils se saisissent pleinement de ces thématiques.

3 – Porter des propositions concrètes à l’unisson

Afin de porter des propositions ambitieuses et d’intérêt général dans un contexte où peinent à émerger des scénarios de transition viables pour une économie soutenable, on ne peut qu’encourager l’idée d’un message collectif porté d’une seul voix par le plus grand nombre, et en premier lieu par les think tanks !