Article

Métier, société, organisation… Comment les Directeurs-trices Développement Durable s’imaginent dans 5 ans ?

Rédigé par contact@cddd.fr, le 15 septembre 2020

Le Campus annuel du C3D, événement phare de l’association, s’est tenu le 3 septembre dernier à la Fondation Goodplanet. Une belle occasion d’échanger sur différents sujets autour de la réinvention de nos entreprises et de nos modèles suite à la crise avec de nombreux intervenants tels que Dominique Mahé (Président du Groupe Maif), Mathias Vicherat (Secrétaire Général de Danone) ou encore Thierry Pech (Co-président du Comité de gouvernance de la Convention Citoyenne pour le Climat). L’occasion pour la centaine de membres présents de se rencontrer, se retrouver, échanger, et même imaginer l’avenir ensemble… 

A cette occasion, les membres du C3D ont pu échanger à travers un atelier prospectiviste innovant. Retour sur l’analyse des attentes des Directeurs Développement Durable à horizon 2025 évoquées au travers de 15 récits.

Une animation pour imaginer demain : les Directeurs-trices Développement Durables se sont prêtés au jeu

Bright Mirror est un atelier imaginé par Bluenove et mis en place sous forme d’animation lors du Campus C3D 2020. Bright Mirror “invite à la scénarisation collaborative d’imaginaires positifs” par le biais de l’art afin d’imaginer et construire à plusieurs un monde dans lequel nous aimerions vivre plus ou moins prochainement. Un bon moyen de faire face positivement aux enjeux à affronter pour atteindre cet idéal.

Les membres ont ainsi été invités à se répartir par groupe de cinq afin d’imaginer et rédiger la description d’un futur plus lumineux à horizon 2025 / 2030.

La liberté de style littéraire a donné lieu à de belles histoires. Les nombreux Directeurs Développement Durable présents ont relevé le défi avec brio et humour malgré un sujet plutôt sérieux. Retrouvez les 15 récits faisant émerger plus de 50 tendances, signaux faibles et concepts clés.

Comment les Directeurs-trices Développement Durable perçoivent l’avenir ?

De façon générale, beaucoup de positif a émané de cette animation sans pour autant tomber dans la naïveté. De nombreux champs ont été abordés comme le développement durable, l’habitat, la biodiversité, l’agriculture, l’éducation, l’emploi, le social, l’environnement, la santé ou encore la mobilité.

De nombreuses tendances et signaux faibles ont émergé pouvant se répartir sur 3 niveaux : le métier, l’organisation et la société en général.

Si l’on regarde de plus près ces récits, nous avons vu se dégager une tendance à l’économie circulaire et une appétence pour une société de plus en plus “mutualiste”. Ont par exemple été envisagés le développement d’une propriété partagée des véhicules, un mouvement “5 % for the planet”, un plan de relance piloté par les citoyens ou encore la construction d’immeubles avec des toits végétalisés et jardins potagers mutualisés. Certains récits ont également évoqué une nouvelle forme d’implication des citoyens dans la vie de la ville avec par exemple l’émergence de nouveaux statuts tels que le “chef de la communauté alimentaire d’un territoire”.

Au niveau de l’entreprise, la tendance est plutôt au renforcement des engagements. En 2025, la raison d’être semble désormais indispensable à toutes les organisations. Les récits évoquent également le changement dans certaines modalités de gouvernance, de décision et de collaboration : Conseil d’Administration avec une gouvernance partagée, fin de collaboration avec les clients qui ne partagent pas les valeurs de l’entreprise, et même comité de parties prenantes constitué uniquement d’enfants. Les collaborateurs sont quant à eux intégrés directement aux pratiques responsables, jusqu’à évoquer la mise en place d’un jour par semaine pour mener des actions d’engagement social pour la communauté notamment.

Enfin côté métier, de nombreuses idées ont émergé. La tendance, plutôt étonnante, est finalement à la disparition du métier de Directeur Développement Durable. Dans un futur souhaité, les Directeurs RSE et Développement Durable n’ont plus de raison d’être puisqu’ils auront fondamentalement réussi leur mission. De ce fait, de nouveaux métiers se développent comme par exemple les “gardiens de la ressource en eau”.

L’animation Bright Mirror au Campus du C3D a permis de faire ressortir plusieurs tendances du côté des membres du C3D vis-à-vis de leur métier, de leur organisation mais également de la société. Ils ont fait preuve de beaucoup de pragmatisme afin d’imaginer des histoires originales et des chutes pleines d’humour à retrouver ici.