Le 17 octobre dernier, l’édition 2018 de la cérémonie des Integrated Thinking Awards (Prix européens de la pensée intégrée) a réuni près de 200 participants au MEDEF. L’occasion de récompenser 3 lauréats, tous membres du C3D. Retour sur cette cérémonie et sur les actions de ses lauréats.

Qu’est-ce que l’Integrated Thinking ?

Projet de loi PACTE, évolutions réglementaires européennes, Objectifs de Développement Durable… l’entreprise doit désormais être vue comme un tout, bien au-delà de sa dimension financière. Cela exige une agilité accrue de l’entreprise, qui doit se réinventer en permanence pour concilier les exigences financières et extra-financières.

L’integrated thinking, ou pensée intégrée, invite à repenser l’entreprise pour l’inscrire en cohérence avec son écosystème et sa trajectoire stratégique. Le partage des meilleures pratiques devient crucial pour inspirer, convaincre et embarquer les entreprises dans cette dynamique vertueuse, d’où la naissance des Integrated Thinking Awards ayant pour ambition de faire avancer le marché en partageant les meilleures pratiques.

En parallèle et pour la 3ème année consécutive, le C3D, Capitalcom, le Cliff (Association française des professionnels de la communication financière), l’IFACI (Institut Français de l’Audit et du Contrôle Internes) et Vigeo Eiris se sont associés pour mener une analyse croisée des pratiques et de la perception de l’integrated thinking par les entreprises. Retrouvez les résultats de l’étude 2018.

Les lauréats de la cérémonie des Integrated Thinking Awards 2018

L’Institut du Capitalisme Responsable, en partenariat avec le MEDEF, l’IFACI et Capitalcom, ont lancé les Integrated Thinking Awards. Pour cette édition 2018, le jury a récompensé 3 entreprises pour leurs approches exemplaires en matière d’Integrated Thinking.

Solvay, lauréat du Prix de l’Integrated Thinking, capitalisation > 7 Mds €

Le Jury a souhaité récompenser la présentation de la transformation du portefeuille d’activités du Groupe et de son nouveau profil, résultant du précédent plan stratégique, et mise en perspective avec les nouvelles priorités stratégiques.

« Notre démarche d’integrated thinking, paradoxalement, a émané d’un évènement plutôt négatif : le recul de Solvay dans les agences de notation. Nous nous sommes demandés pourquoi ? Ce qui nous manquait, c’était la capacité à intégrer cette approche au sein de notre stratégie et de notre management. Nous avons alors développé le Sustainable Portofolio Management, un outil qui permet de réconcilier les aspects stratégiques et la gestion de portefeuille avec la sustainability. Nous disposions également de Solvay Way, un référentiel d’autoévaluation que nous utilisions sur chacun de nos sites. Nous nous sommes dit : il faut mettre tout cela ensemble, et intégrer aussi nos clients, fournisseurs et investisseurs. Cela a plutôt bien marché, voire très bien. Aujourd’hui, nos patrons de business unit montrent où l’activité dans laquelle nous allons investir est placée dans notre sustainability matrice. Le climat, l’économie circulaire ou les droits fondamentaux font leur entrée dans le dialogue avec nos clients, avec nos investisseurs et aussi dans la rémunération de tous nos employés. In fine, nous avons vraiment créé un ensemble cohérent, qui a permis d’aligner et de partager ces éléments avec l’ensemble de l’entreprise. » Karim Hajjar, Directeur Financier & membre du Comité Exécutif de Solvay.

Nexans, lauréat du Prix de l’Integrated Thinking, capitalisation < 7 Mds € et sociétés non cotées

Le Jury a souhaité récompenser l’excellente connectivité entre les mégatendances, l’ambition du Groupe et la stratégie de ses segments de marché.

« La principale difficulté que nous rencontrons aujourd’hui et dont nous héritons depuis les années 2000, en matière d’integrated thinking, c’est que l’on a systématiquement mis en avant l’expertise, la fonction et les métriques. De ce fait, l’entreprise a été considérablement fragmentée puisqu’elle fonctionnait en silos à chaque niveau, espérant que chaque optimum local fasse un optimum global, à la fois sur les parties économique, durable et sociale. Cette fragmentation a provoqué de très nombreux torts. Notre travail consiste donc à aligner l’ensemble des parties prenantes pour permettre un caractère systémique à l’enjeu, car il est impératif de démontrer que c’est un tout. Nous avons encore énormément de chemin à faire mais la première pierre est une vision commune avec une finalité fédératrice. Nos indicateurs sont devenus mon enjeu : j’ai besoin d’un tableau de bord qui exprime ce tout, car si je ne l’exprime pas, l’entreprise ne l’exprimera pas. » Christopher Guérin, Directeur Général de Nexans.

ENGIE, lauréat du Prix du Rapport Intégré

Le Jury a souhaité récompenser le rapport intégré d’ENGIE et le lien fort entre l’écosystème et le plan de transformation de l’entreprise.

« L’alignement, enjeu primordial pour le Groupe, est en effet au coeur de nos préoccupations. À titre d’exemple, lorsque nous échangeons sur la stratégie d’une Business Unit, nous vérifions systématiquement que la totalité des initiatives sont alignées et en accord avec nos objectifs Groupe. » Pierre Deheunynck, Directeur Général Adjoint d’ENGIE.

Aujourd’hui, le cercle vertueux qui lie intérêt général et performance devient peu à peu une réalité. Un enjeu demeure : embarquer le plus grand nombre d’entreprises européennes dans cette voie pour accueillir, à terme, de nouveaux investisseurs, dirigeants, partenaires.