Le C3D lance 8 « gestes barrières climat » à destination des entreprises et des citoyens. Il s’agit de diffuser très largement des gestes simples et de bon sens susceptibles d’être adoptés par le plus grand nombre dans le but de diminuer massivement nos émissions de gaz à effet de serre (GES).

Sans mobilisation générale et immédiate des populations et des entreprises il est désormais illusoire d’espérer contenir le réchauffement climatique dans des limites qui permettraient de préserver la Vie, c’est à dire la vie des humains sur l’ensemble des territoires, mais aussi de préserver les écosystèmes tels qu’on les connaît, et la biodiversité.   

En tant qu’association qui fédère les responsables développement durable de quelques 160 entreprises représentatives de l’écosystème économique français, le C3D demande à ses membres de s’engager et invite toutes les entreprises et les citoyens à prendre connaissance et adopter ces gestes barrières climats. Ces gestes sont basés sur des recommandations scientifiques du GIEC. Ils sont conçus pour être simples, génériques, universels et pertinents. Comme pour les gestes sanitaires, ils permettent de se protéger et de protéger les autres et ont pour objet de sauver des vies. Le C3D met à disposition de tous les visuels à télécharger pour son entreprise, son école ou son domicile, et invite chacun à s’engager en signant, en adoptant et en partageant ces gestes barrières pour le climat.

Pour atteindre les objectifs de neutralité carbone entrés dans la loi, chaque année, nous devons réduire entre 5 et 7% nos émissions. C’est l’équivalent d’un Covid par an ! Mais contrairement à la crise que nous sommes en train de subir, nous pouvons anticiper les changements ”, explique Fabrice Bonnifet, président du C3D. “Il s’agit de s’imposer des actions radicales qui vont nous permettre de baisser nos émissions radicalement mais de façon mesurée. Nous pensons que les gestes barrières climat peuvent nous faire entre dans une phase de prise de conscience et d’action efficace, comme nous en avons fait l’expérience en adoptant massivement les gestes barrières sanitaires qui nous ont permis de freiner la pandémie ”.

Pourquoi parler des gestes barrières pour le climat ? 

Comme pour les gestes barrières sanitaires, les gestes barrières climat sont vitaux. La crise sanitaire liée au COVID19 nous montre bien que pour que de nouvelles habitudes soient adoptées, les consignes doivent être dites, lues, vues entendues, répétées etc. Il en va de même pour le climat : nous devons intégrer de nouveaux comportements et nous emparer de ces bonnes pratiques pour qu’elles deviennent réflexe.  L’objectif est qu’ils soient compris et adoptés rapidement. 

Comment les gestes barrières pour le climat ont-ils été définis ?

Il est temps de rappeler quelles sont les actions les plus efficaces pour drastiquement diminuer les postes les plus émetteurs de GES.Même s’ils semblent évidents, certains gestes barrières climat sont loin d’être adoptés. Les 8 gestes barrières climat ont été définis en fonction de l’impact sur nos émissions de ces postes.  Il y a aussi des « faux amis », parfois très populaires, alors qu’ils ont un impact très limité sur la diminution des émissions de GES. Le C3D propose ainsi les 8 gestes qui ont le plus d’impact fort sur la réduction des plus gros postes émetteurs de GES.

A qui ces gestes s’adressent-ils ?

Les gestes barrières contre les maladies infectieuses concernent tous les citoyens du monde. Ce n’est pas le cas pour les gestes barrières climat qui concernent essentiellement et prioritairement les 10% d’entre eux à l’origine de 50% des émissions de CO2 mondiales. Rappelons ici que 10% de la population mondiale, essentiellement répartie dans les pays dits « du Nord », émet 50% des GES, et que ce chiffre est également valable pour la France que l’on présente souvent comme étant « vertueuse ». Or les changements de comportements citoyens pèsent pour 25% des émissions totales d’un pays. Pour eux, cela passe par les changements de comportements de consommation et alimentaires. Et pour les entreprises, l’action doit porter principalement sur les stratégies à long terme à aligner avec l’accord de Paris, et les modèles économiques, aujourd’hui trop dépendants des énergies carbonées. Toutes les entreprises sont concernées.