Un individu sur six dans le monde est atteint d’une forme de handicap, soit 1 milliard de personnes. Ce qu’on imagine moins c’est qu’en France, 80 % des personnes en situation de handicap ont un handicap invisible et que toutes n’ont pas de reconnaissance en qualité de travailleurs handicapées (RQTH). Comment les entreprises peuvent-elles ouvrir le dialogue pour assurer le bien-être au travail pour tous ?

Qu’est-ce que le handicap invisible ?

Le handicap invisible se décline sous 4 formes : les maladies invalidantes, la déficience auditive, le handicap psychique et la déficience intellectuelle. Le handicap au travail concerne surtout les maladies chroniques, tels que le diabète, les cancers, la sclérose en plaques ou les troubles psychiques comme la dépression.

La plupart des handicaps se créant au cours d’une vie, les entreprises se doivent donc d’être en mesure de répondre à un double enjeu : intégrer de nouveaux salariés handicapés, mais aussi aider leurs collaborateurs touchés pour la première fois.

Découvrez ci-dessous la campagne sur le handicap invisible de GRDF :

Un taux d’emploi des personnes en situation de handicap en progression mais encore insuffisant

La loi fixe une obligation d’emploi de travailleurs handicapés à temps plein ou à temps partiel à 6 % de l’effectif total de l’entreprise (loi du 10 juillet 1987). Pourtant en 2017, les taux d’emploi, bien qu’en progression, n’atteint que 3,4 %.

Sur les 12 millions de personnes en situation de handicap en France, seules 878 000 ont déclaré une reconnaissance administrative d’un handicap et sont en emploi sur le marché. L’une des raisons qui explique cet écart est qu’il est bien souvent difficile de détecter ce type d’handicap pour les employeurs, voire même pour les employés. En effet, il est parfois difficile de prendre conscience d’un handicap ou d’accepter de le reconnaître par peur du changement de regard et de l’exclusion. A titre d’exemple en France, le nombre de personnes touchées par la déficience auditive s’élevait à 7 millions en 2008, et on estime à plus de 2 millions le nombre de personnes qui devraient être appareillées et ne le sont pas.

Découvrez ci-dessous la campagne de sensibilisation sur la surdité de Bouygues Energie et Services :

Ouvrir le dialogue, la clé pour s’adapter et garantir le bien-être des collaborateurs en situation de handicap

La grande majorité des handicaps sont impossibles à déceler par les employeurs. Le premier risque pour les employeurs et collaborateurs est donc de les minimiser. Les salariés en situation de handicap peuvent se sentir obligés de justifier en permanence leurs difficultés, ou chercher à en faire plus pour compenser. Il faut donc créer un climat de confiance pour libérer la parole et mettre en place les aménagements les plus appropriés.

La solution généralisée pour ouvrir le dialogue consiste à former les ressources humaines et les managers aux questions de handicap. Il y a désormais pléthore de supports de formation sur le sujet (stages, MOOC, consultant, coaching, etc.). Dans le cas où le dialogue est complexe, certaines entreprises ont mis en place des référents handicap pour faciliter l’intégration et la vie quotidienne des salariés en situation de handicap. Ce salarié référent handicap accompagne les personnes en situation de handicap visible ou invisible, qu’elles soient récemment recrutées ou au sein de l’entreprise depuis plusieurs années. Formés par le biais de stages, les référents sont une ressource unique en entreprise. Ils permettent de créer du lien, d’être à l’écoute des besoins et sont en capacité de faire le lien avec les managers.

Si aujourd’hui encore, parler de handicap (visible ou invisible) peut s’avérer difficile, la communication reste la clé du bien-être au travail pour tous. En mettant en place les bons aménagements, les compétences des personnes concernées pourront s’exprimer et leur productivité augmenter. Des études le prouvent : lorsque des aménagements sont réalisés pour les personnes en situation de handicap, 61 % des collaborateurs constatent une amélioration générale du moral dans les équipes !