Quels constats et quelles évolutions pour les politiques d’achats responsables ? Réponse avec la 10ème édition du Baromètre des Achats Responsables de l’Observatoire des Achats Responsables, réalisé par Opinion Way.

Le Think Tank des achats responsables l’ObsAR a fait réaliser fin 2018 la 10ème édition de son “Baromètre des Achats Responsables”. Menée en ligne auprès d’un échantillon de 185 décisionnaires en matière d’achats responsables, entre le 23 octobre et le 7 décembre 2018, cette étude quantitative a pour but de déterminer les tendances actuelles et futures de ce domaine d’activité.

Parmi les 48 organisations publiques (collectivités, ministères, fonction publique hospitalière…), 131 entreprises du secteur privé (Industrie, Commerce et Services) et les 6 autres organisations (associations, syndicats…) auditées, le Baromètre des Achats Responsables nous apprend ainsi que 9 organisations sur 10 ont aujourd’hui mis en place une politique d’achats responsables.

Des entreprises plus engagées en matière d’achats responsables et plus désireuse de l’être

Être doté d’une politique d’achats responsables est aujourd’hui un enjeu mesuré par les entreprises. Parmi celles interrogées dans le cadre de l’étude, elles sont 48 % à considérer les achats durables comme une priorité, soit 8 % de plus qu’en 2018. De même, sur 185 entreprises, 166 mènent une politique d’achats responsables et elles sont 139 à disposer d’au moins une forme de cartographie ou d’analyse des risques ESG.

Pour mener à bien les objectifs de leurs politiques d’achats, les entreprises contrôlent le type d’achat (57 %), le type de fournisseur (24 %), ainsi que la zone géographique ou le pays où est effectué l’achat (22 %). Le type de fournisseur n’est contrôlé qu’en second temps et ne représente pas encore l’axe d’analyse prioritaire des entreprises, qui sont 43 % à déclarer ne plutôt pas connaître la performance RSE de leurs fournisseurs.

L’objectif principal en matière d’environnement des entreprises est de réduire leurs consommations (notamment énergétiques). Sur l’ensemble de la population étudiée de 185 entreprises, elles sont ainsi 35 % a déclaré positionner cet objectif en tête de liste. Viennent ensuite la durée de vie des produits (39 %) et les produits éco-conçus (15 %).

En matière d’environnement les entreprises ont la volonté de s’engager. Quid de l’aspect social des achats ? Que les entreprises pratiquent une politique d’achats responsables ou non, elles sont aujourd’hui 58 % à vouloir valoriser l’emploi dans un bassin local lorsqu’elles effectuent des achats. Il leur importe ensuite à 53 % de vouloir favoriser l’insertion des personnes éloignées de l’emploi, puis elles sont 47 % à déclarer chercher à lutter contre le travail dissimulé. Ainsi, consommer local devient une priorité et il s’agit de la faire transparaître dans les achats effectués.

Alors oui, les entreprises souhaitent s’engager davantage vers des achats plus durables. Toutefois, il existe des freins non négligeables qui peuvent les handicaper dans leur démarche. La première difficulté soulevée est due à un manque d’indicateurs de mesure. Néanmoins l’impact de ce frein est en baisse par rapport aux années précédentes. Une baisse qui est compensée par la hausse des “objectifs contradictoires” perçus par les entreprises. Viennent ensuite le manque d’expertise interne et la contrainte budgétaire. Cette dernière variable tend toutefois à perdre de son importance, puisque les entreprises sont 30 % à le considérer comme un frein contre 33 % en 2018. Il semblerait donc que les budgets alloués aux achats responsables soient de plus en plus conséquents, en adéquation avec des stratégies d’entreprises qui se veulent plus globales et durables.

Des perspectives intéressantes en matière d’achats responsables

Les entreprises s’accordent de plus en plus sur la conduite de stratégies communes, qui se veulent vecteur de rassemblement et d’engagement pour tous les collaborateurs. De plus en plus de groupes tendent ainsi à impulser des politiques eco-responsables imbriqués dans l’ensemble des départements de l’entreprise. Par exemple, le groupe agroalimentaire Lesieur a réduit de 48 % ses émissions de gaz à effet de serre grâce à des innovations packaging.

Les entreprises ont la volonté d’acheter responsable, mais avec quelles perspectives ? Comment envisage-t-elle les achats de demain ? Pour 94 % des entreprises interrogées par le Baromètre des Achats Responsables, l’objectif prioritaire est le respect des valeurs sociales et sociétales. 93 % voient en les achats responsables un moyen de réduction des risques environnementaux, et 59 % considère cet objectif comme très important : une progression de + 11 % par rapport à l’année précédente. Ainsi des objectifs de développement durable campent le haut du palmarès, devant la volonté de protéger ou d’améliorer l’image de l’organisation et de ses produits/services, objectif qui se positionne seulement troisième au classement.

Plus altruistes ou plus engagées, les entreprises placent désormais le développement durable au coeur de leurs stratégies de demain, à commencer par les achats responsables.